Papaï Paddle - Ile de ré

Welcome

Entre voyages, surf, plage et coquillages ; j'espère que vous passerez un moment agréable en lisant ces lignes...

ITALIE - Surfer à Rome le temps d'un week-end...

ITALIE - Surfer à Rome le temps d'un week-end...

Wow, dernier article sur le blog, le 15 décembre ! Il était temps que je revienne !

Alors retour sur notre dernier week-end en amoureux… Je veux dire, en toute insouciance car nous ne savions pas encore que nous allions être parents (à quelques jours près)… <3 Je me replonge avec un plaisir immense et peut-être un peu de nostalgie dans nos petites aventures romaines d’octobre dernier !

3000 ans d’Histoire, d’art, de culture, d’architecture font de Rome une des capitales les plus belles, les plus attractives d’Europe et c’est sans parler de sa gastronomie ! Mais je rajouterais également un petit détail qui compte : le surf ! Rome offre aussi la possibilité de surfer en Méditerranée ! Et oui, on surfe aussi en Italie !

Santa Marinella, Rome, Italie

Santa Marinella, Rome, Italie

Pizza, pasta, mozzarella, vino, gelato e surf… Viva la Dolce Vita !

Tout a commencé par l’envie de partager avec Maxime les “vraies” saveurs de l’Italie que j’avais découvert pour la première fois en septembre 2017 lors d’un voyage entre copines (très très bon souvenir au passage, une super destination pour un enterrement de vie de jeune fille ;)). N’ayant pas eu le temps de nous aventurer plus loin que le centre historique avec les filles, j’ai eu envie de me renseigner sur les plus belles plages romaines avant cette second visite ! Je nous imaginais déjà : en terrasse, vue mer, un bon verre de vin à la main, mangeant une véritable pizza ou autres spaghettis ai frutti di mare, tout en contemplant le coucher du soleil ; vous voyez le tableau ?!

Si vous suivez notre quotidien via Instagram, vous savez sûrement que par ici : qui dit plage, dit surf ! Et en prenant le temps de faire quelques recherches sur le sujet, je me suis vite rendue compte qu’avec ses 2000 km de côte, recevant les houles envoyées par toutes les dépressions de l’Ouest Méditerranéen, on allait parfaitement pouvoir combiner Dolce Vita et surf en Italie !!!

En pratique…

Au départ de l’Ile de Ré, j’ai réservé nos billets depuis Bordeaux avec Ryanair.


→ Aller-retour Bordeaux / Rome-Ciampino début octobre : moins de 60€ par personne

Petite erreur de débutant… Je n’ai pas anticipé le stationnement de notre voiture pendant le voyage. Nous nous sommes stationnés sur le parking P4 Longue durée de l’aéroport de Bordeaux et surprise, au retour, nous avons trouvé la note plutôt salée…

→ Parking pour 4 jours sans réservation : plus de 50€

Si vous choisissez cette option, qui semble une des plus simples, réservez sur Internet avant, c’est beaucoup plus intéressant : 32€ pour la même prestation.


Une fois arrivée à Rome-Ciampino , j’avais réservé un Roma Pass 48h à retirer directement au petit accueil touristique de l’aéroport. Il permet d’avoir un accès illimité à tous les transports de la ville, métro, bus et inclut 1 site archéologique ou musée en coupe fil, ainsi que de nombreuses réductions sur différents sites touristiques, opérateurs, ou événements…

Et notamment pour la navette/bus qui vous emmènera dans le centre à moindre coût.

Les 48h démarrent dès lors que vous aurez scanné la petite carte pour la première fois. Pour nous, cela aura été dans le métro. Pour avoir visité la ville sans, l’année d’avant, j’ai trouvé cette solution très pratique et plutôt rentable !


→ Roma Pass 48h : 28€ par personne

(exemple : nous avions payé notre seul billet pour le Colisée 23€ l’année précédente)

→ Navette SItbus Aller-retour Rome - Termini : 8€ au lieu de 9€ avec le Roma Pass par personne


Après un trajet d’environ 1h, (oui, il y avait des bouchons !) avec vue sur quelques uns des monuments emblématiques de la capitale romaine, nous sommes arrivés au terminus pour prendre le métro direction notre hébergement.

Metro - Rome, Italie

Metro - Rome, Italie

Nous étions dans le quartier de la Piazza Vittorio Emanuele II. J’avais réservé au Generator, l’un des établissements de la fameuse chaîne d’auberges de jeunesse, esprit haut de gamme et design.

Generator Hostel Rome

Generator Hostel Rome

Je dois avouer que nous sommes loin d’avoir été séduits par les lieux, un quartier triste, sale, presque glauque la nuit…

En me renseignant sur son histoire, car il faut dire que les arcades de la place centrale interpellent tout de même, il s’avère qu’initialement pensé pour accueillir la nouvelle bourgeoisie avant de devenir le quartier des immigrés, il s’agissait de la fausse commune où l’on se débarrassait des corps des esclaves et des condamnées à mort… On comprend mieux l’atmosphère générale assez pesante…

Il y a tellement d’offres sur ce genre de destinations ! J’ai passé des heures à essayer de trouver l’hébergement idéal, à un prix raisonnable car nous nous étions…je m’étais un peu lâchée à Dublin… J’ai fini par privilégier la proximité avec le métro et la gare que je pensais pratique pour la suite !

Bon, même si lorsque l’on part en City Trip, on passe ses journées dehors jusqu’à épuisement, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais, et moi qui voulais en mettre plein les yeux à mon chéri, je ne vous cache pas ma déception sur le moment… Mais… il y a un mais… Rebondissement gastronomique…

Bien manger, n’est ce pas primordial en voyage ?! J’ai donc tout misé sur ce proverbe chinois qui dit : “Le véritable chemin pour toucher le cœur d’un homme passe par son estomac” :))

Une adresse, 100% italienne, presque cachée, en sous-sol, dans un coin de rue qui ne paie pas de mine, où les locaux font la queue, eux aussi, pour obtenir une table, a royalement rattrapé le coup ! Il s’agit de la Trattoria Vechia Roma depuis 1916 ! Leur spécialité : les spaghettis flambées dans la meule de parmesan…! Bref, nous y sommes allés deux fois…!

Maintenant, laissons place au véritable projet de ce voyage (surprise d’anniversaire) : surfer en Italie !

Rendez-vous donc à la gare Roma-Termini direction Santa Marinella !!!

Nous sommes un peu arrivés la fleur au fusil à la gare, pensant qu’il serait facile d’obtenir un billet… On n’avait pas mesuré le fait que la gare Roma-Termini est LA gare principale et la plus grande gare de Rome. Il y avait la queue à tous les guichets, un monde fou partout ! Après avoir perdu un peu de temps, j’ai fini par prendre les billets en ligne !


→ Billet aller-retour Rome/Santa Marinella : 9,20€ par personne

E-ticket via le site : www.thetrainline.com . Attention, anticipez sur l’heure de départ, le quai n’est pas à côté, comptez une bonne dizaine de minutes de marche pour arriver jusqu’au train ;)


Santa Marinella se situe à environ 50km au Nord de Rome. Après une petite heure de trajet à observer le paysage, essayant de capter et comprendre quelques bribes de conversations italiennes, nous avons pu apercevoir des surfeurs à l’eau depuis le train !!! Première victoire ! Je ne les avais pas rêvées ces vagues !

On avait choisi cette journée en se fiant aux prévisions de Surf Forecast et leurs indications sur le spot. Un petite fenêtre se présentait, un brin de houle et pas trop de vent.

Une fois arrivée à la gare de la petite station balnéaire, il fallait trouver le moyen de nous rendre à Banzai Beach !

Rome Octobre 2018 (89).jpg

C’est là que les choses se sont “compliquées” ; enfin, c’est un bien grand mot parce que cela nous aura permis de faire de belles rencontres et de goûter à la générosité italienne. Octobre comme partout en Europe signe la fin de la saison estivale, si les températures sont encore plus qu’agréables sur la côte méditerranéenne (preuve avec nos tenues), le gros de l’activité saisonnière se termine et comme par chez nous sur la côte Atlantique, de très nombreux établissements sont fermés jusqu’à la saison suivante. Après l’hyper-activité du centre de Rome, nous avons retrouvé un rythme et une atmosphère plus cool et surtout, bien connus (comme sur l’Ile de Ré, ce ne doit pas être la même chose quand la saison bat son plein d’ailleurs). Tout ça pour dire que le seul bus qui se rendait à Banzai Beach, la ligne 4, était déjà passé, qu’il fallait attendre au moins 2h pour le suivant, qu’il allait bientôt être l’heure de déjeuner et qu’accessoirement, on était venu pour surfer et non pas, pour poireauter dans une ville fantôme ! C’est en demandant conseil au petit hôtel juste à côté de la gare, qu’une des employées, qui finissait sa journée de travail, nous a proposé de nous déposer, c’était sur sa route ! Elle aura sauvé notre journée car même les taxis qui travaillaient habituellement avec l’hôtel n’étaient pas dispos…

Rome Octobre 2018 (95).jpg

Une fois à la plage, tout était fermé, mais le plus important, les vagues étaient là ! Ok, il y avait 50 cm à peine sur les séries, le plan d’eau légèrement abîmé par le vent, mais les surfeurs allaient et venaient ! Parfait pour moi, juste de quoi glissouiller pour Maxime..! Maintenant, il fallait trouver une planche ! Sur les conseils de l’un d’entre eux, nous nous sommes rendus à Danny’s Point, coup de bol, tout semblait fermé aussi mais le gars, qui en fait, était en train d’hiverner le matériel, a accepté de nous louer un longboard et qu’on laisse nos affaires.

Danny’s point - Banzai Beach, Rome, Italie

Nous nous sommes mis à l’eau en face, Maxime en éclaireur, moi en photographe d’abord, puis, on a échangé les rôles. Surfer un nouveau spot, dans un endroit inconnu est toujours un moment magique, observer la plage, les paysages alentours, bercés pour le mouvement de l’eau offre un tout autre point de vue, une toute autre approche de la destination choisie. C’est incomparable. Et puis, il y a le côté challenge, comprendre la vague, savoir se placer, essayer de s’intégrer, de s’imprégner de l’ambiance à l’eau…. De mon côté, c’était une première, me jeter à l’eau seule, confiante, pour Maxime un exercice pour la forme ;)


→ Location longboard à Danny’s Point : 10€ pour 1h


Rome Octobre 2018 (172).jpg

Il faut noter qu’il ne s’agit pas d’une plage de sable mais de gros galets et qu’il faut faire très attention à ne pas toucher le fond avec les pieds ou penser aux chaussons, il y a pas mal d’oursins dans la zone !

Après 2 heures de session partagée, nous avons eu notre compte et la faim a réellement fini par se faire sentir. Une petite douche, un petit tour d’horizon sur le matériel de cette base nautique où l’on pratique surf, stand up paddle, kite, yoga, etc… l’été (il y a même un espace enfant !), une bière locale, quelques chips (c’est tout ce qu’il y avait !) et nous voilà repartis pour notre deuxième tentative de trajet en bus !

Sans succès…. Nous avons attendu, attendu pour finir par faire du stop direction la gare ! Bien plus rapide et efficace ! Sur le chemin de la gare, nous avons trouvé une pizzeria ouverte qui vendait ses pizzas au poids, histoire de se remplir l’estomac à l’heure du goûter ! 3 belles parts pour 2,60€ ! Qui dit mieux ?

Vers 18h, nous sommes arrivés dans le centre de Rome avec l’idée que nous avions bien mérité une bonne glace italienne pour l’apéro ! Je voulais que Maxime goûte aux glaces de chez Venchi et le faire saliver devant leur mur/fontaine de chocolat ! Nous avons fini cette journée de mini-aventure dans cette aventure romaine à savourer notre glace la nuit tombant, au milieu de la foule, autour de la Fontaine de Trevi. Une journée plus que satisfaisante, faite de choses simples, de situations inattendues mais qui restera un de mes meilleurs souvenirs de voyage !

Nous avions dédié notre dernier jour à la visite des vestiges antiques de la ville ! Nous étions au Colisée à l’ouverture. Pour l’avoir visité en plein après-midi l’année d’avant, comme pour la plupart des grands sites historiques et touristiques, même si c’est les vacances, imposez-vous un réveil matinal ! C’est tellement plus chouette d’avoir l’impression que ces monuments époustouflants nous appartiennent ne serait-ce qu’une fraction de second car dès 10h les bus et tours déversent un flot de touristes incessant et le charme est comme, rompu…

Avant de nous diriger vers le Forum Romain et le Palatin, et après le visite (gratuite) du Panthéon et un passage Piazza Navona pour admirer ses fontaines, pause déjeuner obligée au Bar à Mozzarella , Obica ! Un concept que l’on retrouve à Paris maintenant mais qui reste rare alors autant en profiter ! Je vous conseille celui du Parlement, plus calme, spacieux, le personnel plus disponible et surtout, si ce n’est pas déjà fait, vous devez absolument tester la mozzarella fumée avec supplément truffe évidemment !!!!!!

Pour terminer en beauté cette deuxième journée de visites et balades contemplatives, nous avons cherché un rooftop , afin de prendre de la hauteur et profiter au mieux des couleurs du coucher du soleil sur la ville. Nous avons jeté notre dévolu sur l’Hôtel Forum et sa petite terrasse avec, comme son nom l’indique, vue sur le Forum. Un instant, hors du temps, une bière fraîche après de longues heures de marche, loin de l’agitation de la capitale italienne….

Transposer le surf à la ville (petit clin d’œil à la philosophie d’Oxbow), intégrer cette pratique si proche de la nature à un citytrip aura été une formidable petite expérience, à réitérer sans aucun doute !

Rome Octobre 2018 (121).jpg

Et comme toujours, après l’écriture des ces quelques lignes souvenirs, j’ai envie de me téléporter dans ces endroits ; le blogging ou comment figer ses souvenirs de voyage :)

Mer Méditerranée, Bella Italia, ce n’était qu’une mise en bouche ! Prochaine étape : un roadtrip ! La seule question reste : quand ?!

Bacioni a tutti voi !

OXBOW - Maison de Surf - Ma sélection Printemps-Été 2019

OXBOW - Maison de Surf - Ma sélection Printemps-Été 2019

ISLAND KARMA - Made in France inspiré des îles

ISLAND KARMA - Made in France inspiré des îles